top of page

Comment gérer une réponse négative ?

Nous n’avons pas retenu votre candidature

Rares sont les personnes qui n’ont jamais entendu cette phrase à la suite d’un processus de recrutement. C’est la règle, parmi tous les candidats seul un ou une obtiendra le poste. Il arrive qu’une entreprise recrute plusieurs personnes à la fois pour une même fonction, mais là encore il y aura forcément des déçus.

Comment doit-on considérer la réponse négative lors d’un processus de recrutement ?

Je souhaiterais démystifier la réponse négative, lui apporter un peu plus de transparence et de cohérence. La façon dont nous allons présenter le processus de recrutement est ici assez schématique afin que nous puissions nous concentrer sur les causes de la réponse négative, aussi nous traiterons dans le détail d’autres aspects du recrutement plus tard.

Du côté candidat, on distingue deux cas de figure : ceux qui acceptent la réponse négative comme une étape dans leur recherche d’emploi, et ceux qui la considèrent comme un échec.

Il faut comprendre que lors d’une sélection professionnelle, on peut évaluer les candidats de deux façons différentes :

  1. soit on évalue les candidats par rapport au poste,

  2. soit on les évalue entre eux pour prendre le meilleur.

Comme nous venons de le dire, il n’y a très souvent qu’un seul poste en cours, on utilise donc les deux approches à la fois.

Dans le cas où vous êtes évalué uniquement par rapport à un poste, on va soumettre le candidat à une série d’épreuves dans le but de valider s’il atteint le minimum attendu dans chaque critère de recrutement.

Le résultat est alors assez simple : vous êtes capable de tenir ou le poste ou bien vous n’en êtes pas capable.

Si vous êtes évalué par rapport à d’autres candidats, cela peut être pour deux raisons principales.

La plus courante est que deux candidats ou plus présentent toutes les caractéristiques recherchées sur le poste aux niveaux requis pour permettre un bon exercice de la fonction.

Il arrive également que le recruteur ne soit simplement pas capable d’évaluer les candidats par rapport au poste, auquel cas il va sélectionner le meilleur selon ses critères. Ça n’est pas courant, mais ça arrive.

Si vous ne satisfaites pas les critères du poste, alors la réponse négative est assez simple à comprendre : vous n’avez pas les compétences requises pour ce poste, ou tout du moins vous ne disposez pas du niveau requis dans chacune de ces compétences.

Vous pouvez alors envisager de travailler sur ces compétences pour les développer, si cela est possible. Vous pouvez également essayer de réorienter votre recherche vers un poste qui vous conviendra d’avantage. Cela nécessite justement d’obtenir des informations précises sur ce qui était en votre faveur lors du recrutement ce qui ne l’était pas.

Si l’on vous dit « vous avez fait un bon entretien, mais il y en a eu un meilleur que vous », pas de bol ?

J’ai connu des candidats qui étaient des éternels « numéro 2 ». Jusqu’à ce qu’ils obtiennent un poste. Souvent cette raison est invoquée pour ne pas donner de compte-rendu détaillé lors d’une réponse négative.

Pour autant, tout aussi bon que vous soyez vous pouvez encore améliorer vos entretiens de recrutement. Ce n’est certes pas le rôle d’un recruteur que de vous y aider, en revanche il est dans l’obligation déontologique de vous dire quels ont été les points forts et les points faibles de votre candidature.

Toutes les entreprises ne donnent pas de retour explicitant une réponse négative, nous verrons plus loin quelles peuvent être les raisons de cette pratique.

La réponse est inexplicable, le retour est flou…

Si l’on ne devait retenir qu’une règle, c’est celle-ci : si la réponse négative est inexplicable, c’est qu’elle est indéfendable ! Dans le meilleur des cas (et ça me fait mal d’utiliser cette formule), les critères du poste n’auront pas été suffisamment bien définis et le recrutement aura eu lieu « au feeling », auquel cas il est difficile de dire à un candidat « Non, avec vous, je ne le sens pas… ».

Mais la raison peut être tout autre. On pense bien sûr à l’exclusion sur des critères illégaux (âge, genre, ethnie, etc…) mais il arrive très souvent que les professionnels des RH et du recrutement se retrouvent eux-mêmes coincés sans pouvoir avouer pourquoi.

Peut-être un Manager a imposé un candidat « pistonné », ou bien l’entreprise connaît une difficulté financière et n’ose pas l’avouer de peur que cela s’ébruite… Il est bien difficile dans ces moments-là de connaître la raison, mais généralement si l’on demande la motivation de la réponse négative et qu’elle n’est pas claire, c’est que la décision elle-même ne l’est pas.


La mauvaise foi existe aussi chez les candidats

Certains recruteurs ont été « usés » par des candidats manquant de respect. Et cela arrive souvent que l’on tombe sur des candidats qui contestent une réponse négative même si elle est motivée.

En se mettant à la place du recruteur, chers lecteurs, vous pourrez sans doute imaginer à quel point cela est épuisant de devoir débattre sur une décision qui a été statuée alors que le professionnel des RH lui même a également des objectifs et d’autres processus de recrutement à mettre en place.

Alors oui, certains n’osent plus donner de réponse négative détaillée de peur de tomber sur un candidat « récalcitrant ». Heureusement, ce n’est pas le cas le plus commun, mais le recruteur et le candidat sont tous deux des hommes (ou des femmes) ayant chacun leur rôle.

Le recruteur a des devoirs envers le candidat, mais il ne faut pas oublier que cela est réciproque.

Réponse écrite ou orale ?

Sur ce point, on touche vraiment l’organisation de l’entreprise et aux méthodes du recruteur, et il n’y a pas vraiment de règle. Certaines entreprises donnent des réponses négative écrites aux candidats, peu importe à quelle étape du processus de recrutement le candidat a été écarté.

D’autres envoient des réponses écrites après le tri sur CV, mais donnent une réponse négative orale s’ils ont eu un contact direct avec vous, par exemple après au moins un premier entretien téléphonique.

Il faut noter que beaucoup d’entreprises reçoivent énormément de candidatures et ne peuvent pas apporter de réponse à chacune, notamment lors du tri sur CV.

Conseils aux candidats :

Demandez à un recruteur le détail de votre prestation lors du processus de recrutement ! Par contre, ne le contredisez pas, ne cherchez pas à revenir sur ce qui s’est passé lors d’un entretien ou d’une épreuve : la décision est prise et elle ne changera pas.

En revanche, si vous connaissez les points-clés qui font votre force et vos axes d’amélioration, vous n’en serez que meilleur la prochaine fois.

Si vous avez l’intime conviction que la réponse négative n’est pas justifiée, à quoi vous servira-t-il de la contester ? Je vais reformuler : vous êtes persuadé que cette entreprise ne recrute pas sur la base des compétences que vous estimez nécessaires dans votre fonction, et si l’on suit votre raisonnement cela signifie que l’entreprise doit être fourrée « d’erreurs de recrutement » qui n’ont rien à faire là. Donc pourquoi insisteriez-vous pour travailler chez eux ? Vous y seriez bien malheureux…

Bref, la question n’est pas de savoir si vous avez raison ou tort, tout ce que vous recherchez c’est de trouver un nouvel emploi, alors si vous êtes en désaccord dès le processus de recrutement, comment pouvez-vous imaginer y faire carrière ?

Concentrez-vous sur le positif, sur l’avenir, et adoptez toujours une démarche constructive.

Conseils aux recruteurs :

Donnez un feedback à vos candidats !

Vous avez tout à gagner à voir un candidat s’améliorer d’une part, et si ce n’est pas en quelques semaines que cela va se faire, j’ai très souvent vu des candidats être recrutés un à deux ans après leur premier contact avec une entreprise, pour peu qu’ils aient pu renforcer leurs compétences dans leur domaine.

Pensez à votre image !

Les candidats sont de plus en plus exigeants. Avec l’ère de l’Internet et de l’information à portée de main, il est extrêmement frustrant pour eux de se voir opposer une réponse négative qui ne soit pas motivée.

Après, on entend et on lit des choses terribles sur une entreprise, même si ce n’est pas représentatif de ses pratiques.

Sur un marché aussi tendu et face à la concurrence que s’opposent plusieurs sociétés d’un même secteur d’activité pour attirer les meilleurs candidats, personne ne peut se permettre de perdre un bon profil qui déclinerait une offre parce qu’il aurait eu de mauvais échos.

Si cette étape vous paraît trop chronophage, alors faites appel à un cabinet de conseil qui pourra vous apporter un soutien dans la gestion de vos candidatures.

Et vous, comment gérez-vous les réponses négatives ?

Pour être sûr de recevoir un maximum de réponses positives, pensez à bien préparer votre entretien.

Comments


bottom of page